Pour mieux vivre sa vie
professionnelle et personnelle

Converser positif avec la SFBT

La conversation d'approche brève centrée Solution

Une conversation riche

Née dans les années 80 sous l’impulsion de Steve de Shazer, la SFBT (Solution Focused Brief Therapy) est une thérapie stratégique utilisée par des thérapeutes et médiateurs. Comme elle développe un mode conversationnel atypique : la Conversation centrée Solution, elle est aussi utilisée par des coachs. Elle génère une conversation productive et aidante. Son créateur avait constaté que les thérapies longues mettaient trop l’accent sur les origines d’un problème et la psychanalyse, et trop peu sur les capacités de l’homme à « s’aider lui-même ».

Réduire l’impact d’un problème

Face à un problème, l’homme a tendance à cogiter pour trouver des solutions. La SFBT propose de faire émerger les solutions qui existent avec des techniques. La Conversation d’approche brève centrée Solution génère des idées pour réduire l’impact du problème sur la personne qui en est inquiétée. On ne fait pas de SFBT mais on intègre un mode d’esprit basé SF (Solution Focused).

Normaliser et recadrer

Il faut d’abord normaliser le problème sans chercher à le réduire mais à le replacer dans la sphère de l’expérience humaine. Un manager reçoit une salariée qui vit mal sa mise à l’écart par ses collègues. Dans une Conversation d’approche brève centrée Solution il pourrait dire : « Les rumeurs et l’envie sont des travers humains. J’y suis passé aussi à mes débuts alors bienvenue au club ! » L’aidant replace le souci dans la normalité pour dédramatiser. C’est moins angoissant. La solution dévoilée sera collaborative bien qu’axée sur les besoins de la salariée. Ensuite il recadre le problème en introduisant un doute positif et constructif : « Quand on est aussi investie que vous, on est souvent jugée aussi ? C’est un peu la rançon du succès ! »

Définir des exceptions au problème

La problématique est abordée sous un angle nouveau, plus positif. On met ensuite le doigt sur les moments d’exceptions pendant lesquels le problème n’assaille pas l’aidée. Cela permet de démontrer que le problème peut « céder » : « Donc si le problème vous assaille 20% du temps, vous êtes heureuse 80% du temps, non ? C’est plus que de nombreuses personnes ! » Après d’autres étapes, il pose une question « miracle » : « Que feriez-vous demain si un miracle se produisait et que votre souci avait disparu dans la nuit ? » En imaginant du positif, l’aidé réalise qu’il peut avancer sans « porter » son problème. Cette démarche souligne que dans l’expérience de vie rien n’est figé.

La SFBT qui développe un mode conversationnel créatif requiert de l’entraînement. C’est aussi une discipline passionnante pour celui qui veut aider l’autre rapidement et évoluer lui-même. De nombreux ouvrages permettent d’aller plus loin dans sa compréhension.

Postez votre témoignage !

Qui êtes-vous ?
  •  

Votre témoignage
Les champs marqués d'une (*) sont obligatoires.