Pour mieux vivre sa vie
professionnelle et personnelle

Gérer le comportement cyclothymique

Comportement cyclothymique : trouver sa place entre rires et larmes.

Qu’est-ce que le comportement cyclothymique?

C’est un trouble de l’humeur qui se définit par une fluctuation cyclique du moral. La personne touchée passe d’un moral au beau fixe à un moral au plus bas dans un laps de temps rapide.
De la joie euphorique aux crises de larmes, le sujet à tendance cyclothymique (qui est pourtant loin d’être associable) est difficile à comprendre et à contenir.

Préserver son environnement de travail

La cyclothymie est loin d’être un style de vie dans lequel le sujet se complaît.
Ce qui définit le tempérament cyclothymique est la régularité des crises. Il est inutile de se battre avec un cyclothymique. Il faut le reconnaître et adapter son comportement pour éviter une lutte quotidienne stérile.
Face au cyclothymique, votre but sera de préserver votre calme et votre environnement de travail. Vous ne pouvez ni le guérir ni le transformer puisqu’il trouve un équilibre précaire dans cette alternance excitation / abattement.

Reconnaître le comportement cyclothymique

  • Le sujet s’emballe très vite dans un contexte positif (euphorie)
  • A l’inverse, il tombe rapidement très bas dès que quelque chose ne se passe pas comme il le souhaite
  • Lors des périodes d’euphorie, il mène une vie faste et projette des dépenses inconsidérées. Rien ne peut entamer sa confiance en lui ou en l’avenir
  • Lorsque son moral baisse, tout l’atteint profondément. Sa sensibilité est exacerbée et il se sent blessé à la moindre réflexion.

Gérer les crises de positivisme

Pendant ces moments, il peut vous “décrocher la lune”et vous encenser :

  • Il ne faut pas entrer dans son jeu en se réjouissant avec lui. Même s’il vous complimente excessivement, ne cédez pas à la joie et aux fastes qu’il propose mais dites vous que ce comportement n’est que temporaire.
  • Modérer ses propos (éviter de dire “Oui! C’est formidable!” mais plutôt “Les choses semblent évoluer favorablement”). Ne pas montrer d’exaltation excessive dans les périodes de succès.

Gérer les passages de déprime

Rester soi-même et se dire que cela ne durera pas non plus. Eviter de culpabiliser le sujet à tendance cyclothymique en lui faisant remarquer que, peu de temps avant, son moral était encore au plus haut.

Le travail en équipe

La personne à tendance cyclothymique veut entraîner tout le monde de son côté (celui de la joie ou de la peine). L’équipe qui l’entoure doit savoir exploiter au jour le jour le positif qu’il offre en s’attendant à des lendemains incertains.

Le côté positif du comportement cyclothymique

Qui dit comportement cyclothymique dit grande sensibilité. Parfois le sujet à tendance cyclothymique fera des choix excellents dans l’urgence car l’instantanéité qui l’anime le pousse à saisir les opportunités. Son intuition est forte.

6Vos témoignages

Partagez votre
expérience ici !

Je vis depuis 16 ans avec mon conjoint qui est cyclothymique dur dur surtout quand on a des enfants.

    Avez-vous besoin d’aide ? Contactez-nous pour en parler si vous le souhaitez, en cliquant sur le carré bleu APPI.
    Bon courage.
    Isabelle

Je vis avec un homme cyclothymique depuis deux ans, avec ces périodes de grandes euphories où tout va bien et d’un coup, tout s’écroule. Changements d’humeur. Parfois, il vit reclu pendant plusieurs jours et après ça, revient d’une humeur enthousiaste. Je ne sais plus comment gérer. Je le secoue, je lui parle énormément et me dis que je le saoule, tellement je n’en peux plus. Est-ce que je fais bien? Doit-on le laisser dans son coin, ne plus s’en occuper et attendre que cela passe? J’ai aussi parfois très peur qu’il me quitte suite à ses crises.

Je suis l’auteur du témoignage du 21 mars 2007.
J’ai revu mon collègue récemment. Il est toujours cyclothymique (!). Il est toujours au même poste. Mais ça m’a fait plaisir de voir que son comportement est correctement pris en considération par sa nouvelle hiérarchie et ses collègues immédiats. On lui confie maintenant des missions de confiance, seul à l’étranger, dans l’exigeant domaine de la sécurité aérienne, et ça se passe bien.

Dans votre article, qui est une première et j’en suis vraiment contente, vous avez oublié des aspects très importants par rapport au travail :
La personne cyclothymique au delà de son humeur (sympa/triste) a des variations d’énergie, des variations de capacité cérébrale. Au travail cela donne des périodes où les projets vont avancer à toute allure, et de manière très pertinente et brillante… Et le lendemain, il leur est tout simplement impossible de travailler (problème de concentration, de mémoire…).
La personne cyclothymique, la plupart du temps sait en tirer parti : en période basse, elle va s’atteler aux taches répétitives, ne demandant pas de réflexion, ni trop grande concentration, en période haute, elle va faire avancer les projets demandant de la jugeote, de la sensibilité… etc.
Il faut donc pour un manager, ou un collègue ne pas enfermer la personne cyclothymique dans la contrainte d’un emploi du temps rigide, ou dans une méthodologie de travail. Vous n’obtiendriez rien, et risqueriez de le laisser en période basse.
Le plus simple est de lui donner les objectifs et impératifs du projet, les besoins de l’équipe… Laissez-le s’organiser comme bon lui semble, même si cela vous parait étrange. Lui saura parfaitement prendre en compte les contraintes des clients, de sa société et de son équipe, les siennes! Il fait cela depuis l’enfance. Faites-lui confiance, laissez-le libre, vous ne devriez pas être déçu.
Amélie Clermont
Présidente de BICYCLE.

J’ai fréquenté un cyclothymique au travail. Dur, dur ! A chaque période d’euphorie, on se disait : là, c’est bon, il va bien, on va pouvoir lui confier tel projet, l’engager dans telle formation. Et puis il replongeait, et on était déçu, découragé et on lui en voulait un peu.
La phrase qui m’a marquée dans cet article, c’est « Vous ne pouvez ni le guérir ni le transformer ». Ca nous a pris du temps pour découvrir ça et l’intégrer dans les objectifs fixés à cette personne.

Postez votre témoignage !

Qui êtes-vous ?
  •  

Votre témoignage
Les champs marqués d'une (*) sont obligatoires.