Pour mieux vivre sa vie
professionnelle et personnelle

Former avant de déléguer

Accompagnez le collaborateur à qui vous voulez déléguer une tâche.

Premier constat :

La mémoire retient :

  • 10% de ce que nous entendons
  • 30% de ce que nous voyons
  • 90% de ce que nous disons lorsqu’on associe la réflexion et l’action.

Deuxième constat :

La plupart des adultes ont besoin de trois enseignements avant de réaliser une tâche de façon autonome.

Conséquences :

En pratique, si vous souhaitez déléguer une tâche précise à un collaborateur, accompagnez-le en trois temps.

La première fois

Réalisez la tâche devant votre collaborateur en lui expliquant chaque étape.

La deuxième fois

Associez votre collaborateur à la réalisation de la tâche en le laissant faire tout ce qu’il se sent capable de faire. Expliquez à nouveau chaque étape. Félicitez-le chaque fois qu’il se souvient d’une étape.

La troisième fois

Laissez votre collaborateur réaliser la tâche sous votre contrôle. Demandez-lui de commenter chaque étape. Répondez à toutes ses questions. Laissez-le faire des erreurs mais reprenez-le avec douceur avant qu’il n’aille trop loin.

Il est souvent bon de répartir cette formation sur plusieurs jours pour laisser à la mémoire le temps d’assimiler.

A l’issue de cette formation en trois temps, votre collaborateur est en principe autonome. N’hésitez toutefois pas à prolonger l’accompagnement si nécessaire. Déléguer ne signifie pas « se débarrasser dans l’urgence ». Vous êtes -au moins moralement- responsable des résultats de la tâche que vous déléguez.

1Vos témoignages

Partagez votre
expérience ici !

A propos de : « la mémoire retient 90% de ce que nous disons lorsqu’on associe la réflexion et l’action. »
Je confirme qu’il ne suffit pas de « faire » pour se souvenir de 90% de la tâche. Il faut aussi se concentrer dessus et la commenter. C’est ce que nous disons, ce que nous formulons, c’est-à-dire ce que nous restituons que nous allons retenir. Il faut que ça passe par le filtre de la verbalisation.
C’est pourquoi je laisse mes enfants commenter à voix haute quand ils font par exemple un exercice de géométrie. S’ils le font en silence, peut-être en pensant un peu à autre chose, ils feront l’exercice, mais dans une semaine, ne se souviendront même pas qu’ils l’ont fait.
Pour optimiser l’apprentissage, il est vraiment important de "parler" pendant qu’on fait en réfléchissant !

Postez votre témoignage !

Qui êtes-vous ?
  •  

Votre témoignage
Les champs marqués d'une (*) sont obligatoires.