Pour mieux vivre sa vie
professionnelle et personnelle

Reprise après une longue inactivité

Une longue période d’inactivité professionnelle présente des pièges. Comment les éviter et en sortir.

Sortir d’une longue période d’inactivité est un virage difficile dans la vie. Il devient urgent et important de bien « négocier » ce virage. Le risque de dérapage est grand : trop de personnes ont tout perdu après avoir été déconnectées de la vie professionnelle. La reprise est toujours très difficile.
Un changement de vitesse devient alors nécessaire :

  • rétrograder pour faire le bilan de ce qui s’est passé au cours de cette période, puis analyser ce qu’il en reste réellement
  • puis réenclencher la vitesse supérieure pour passer à un autre régime avec des objectifs précis.

Cela nous fait penser à une grenouille qui se trouve dans une marmite d’eau tiède chauffant lentement. Dans ce contexte, la grenouille nage agréablement jusqu’au moment où elle est trop somnolente pour pouvoir s’en sortir.
En revanche, si elle est jetée directement dans une bassine d’eau bouillante, sa réaction violente lui permet d’être sauvée. C’est un virage décisif pour elle.

Plusieurs mois d’inactivité peuvent rendre très difficile la réinsertion dans le travail : on devient irritable, soupçonneux, moins efficace et enclin à en faire le moins possible. Face aux autres, on peut passer pour feignant et moins fiable. Se justifier n’arrange rien ; en revanche, il est important de montrer qu’on a de la bonne volonté pour progresser et le désir de s’en sortir.

Une proportion inquiétante de problèmes de harcèlement moral arrive après une longue absence. La reprise du travail risque d’être difficile.Commencez, sans attendre, à établir un programme avec des objectifs précis, des horaires structurés sur huit heures par jour. Notez vos horaires de travail. Cela vous aidera à évaluer le temps passé pour chaque chose (et comment mieux faire à l’avenir). Cela vous permettra aussi de vous réhabituer à des horaires professionnels.
Méfiez-vous de la tendance à différer les bonnes intentions. Les raisons, (toujours valables d’ailleurs !), sont nombreuses et font souvent obstacles à la réalisation de vos objectifs.

Que faire ?

Des formations utiles pour l’objectif fixé. Faire une formation sera toujours bénéfique :

  • elle vous remet dans l’état d’esprit professionnel,
  • elle vous permet de vous présenter aux entretiens avec des acquis supplémentaires et comme une personnalité volontaire,
  • elle vous permet d’avoir de nouveaux atouts pour différentes missions,
  • elle vous aide à acquérir des diplômes grâce à une VAE (Validations d’Acquis d’Expérience)
  • elle vous permet d’enrichir votre CV pour une future recherche d’emploi,
  • elle vous aide à entretenir votre mémoire, à développer vos capacités professionnelles de raisonnement

etc.
En résumé, une formation est un acquis considérable pour rebondir dans la vie active.

Pourquoi le faire ?

Bien au-delà de l’éthique, l’opinion que vous aurez de vous-même et celle de votre entourage compte beaucoup.
Et la question si importante pour votre vie : « qu’ai-je fait de mon talent ?« 

2Vos témoignages

Partagez votre
expérience ici !

J’ai, moi-même, connu une très longue période, non pas d’inactivité, puisque j’élevais nos 6 enfants, mais d’éloignement de la société des salariés !
Et, lorsqu’après presque 20 ans, il m’a fallu reprendre une activité professionnelle, je me suis sentie totalement désemparée… Pourtant, j’avais une vie associative riche qui me permettait de ne pas déconnecter totalement de la "civilisation"… (j’ai même été présidente d’une assoc), mais je sentais que cela ne m’avait pas apporté l’assurance nécessaire pour me retrouver face à un emploi… ou à un employeur… D’autant plus que je n’avais pas véritablement une profession entre les mains… ou tout au moins, plus celle que j’aurais pu reprendre.
J’ai alors choisi de faire une "remise à niveau", financée par notre Conseil Régional… Scolairement, je n’ai rien appris de plus que ce que mon niveau m’avait enseigné, mais cela m’a permis de refaire un plongeon en douceur… et de me frotter à des confrontations que j’ai appris à gérer plus sereinement par la suite…. Pour moi, l’atout majeur de cette formation fut sans conteste de me rendre l’assurance que je croyais perdue ! ça a été le "coup de boost" dont j’avais besoin pour me réaliser à nouveau !

J’ai connu une période d’inactivité.
J’aurais dû être heureux de cette situation : payé avec les allocations chômage, je pouvais bénéficier de vacances prolongées à bon compte.
Pourtant, je n’avais jamais le temps pour qui ou quoi que ce soit, trouvant sincèrement chaque fois des raisons valables pour ne pas faire ce qui m’aurait aidé à m’en sortir.
Dans cette période, j’étais complètement « à côté de mes pompes » : le bonheur n’est-il pas de vivre sans la contrainte du travail ?
Avec le recul, je constate que ce furent les temps les plus tristes que j’ai jamais connus. J’étais irritable, révolté, suspicieux, toujours persuadé de la responsabilité ou de la faute des autres. Le découragement était souvent présent, avec tout ce qui peut l’accompagner.

Puis j’ai retrouvé du travail et d’une certaine façon, l’honneur qui l’accompagne. Les débuts furent difficiles et la réadaptation demanda de la persévérance.
Mes proches ont été aussi d’un grand secours malgré ma révolte intérieure. Combien je suis reconnaissant à ceux qui m’ont aidé, et parfois « secoués » pour retrouver des valeurs plus saines !

Postez votre témoignage !

Qui êtes-vous ?
  •  

Votre témoignage
Les champs marqués d'une (*) sont obligatoires.